groupe de lecture

la question de l’organisation

La plateforme anarchiste (Suite. Préface lue en décembre)
Le Groupe anarchiste russe à l’étranger, 1926, 18 p.

La thématique de « l’organisation », choisie à la première réunion, fait écho à la volonté de faire vivre les idées révolutionnaires et de s’organiser en conséquence pour participer aux luttes sociales actuelles. À quoi servirait une organisation ? Quelle forme anti-autoritaire pourrait-elle prendre en assumant des positions révolutionnaires ? La spontanéité et l’autonomie dans la lutte des classes rendent-elles inutiles tout type d’organisation ?

Nous tenterons d’y voir clair dans ces questions en lisant ensemble des textes anciens et actuels qui traitent de l’organisation en parti, en syndicat, en collectif révolutionnaires ou par l’absence d’organisation.

Pour les deux prochains mois, nous poursuivrons la lecture de « la plateforme », à peine commencée, proposée par Archinov et le Groupe anarchiste russe à l’ensemble des courants anarchistes en 1926. En tirant les expériences de la révolution en Ukraine en 1921, ce groupe cherche à fonder une organisation révolutionnaire basée sur la lutte de classes. Nous poursuivrons le mois suivant par la lecture de textes sur l’autonomie.

Comme à notre habitude, ceux qui le désirent liront les textes à haute voix et nous nous arrêterons sur un point ou un autre afin de partager nos réflexions. Cette lecture s’accompagnera de ce que nous aurons apporté à grignoter. Une bibliographie et les textes sont mis en ligne sur le site de la Rétive (onglet « à lire à relire »).

Permanence du collectif Exploités Énervés

Exploités Énervés – Un collectif sur Alès et les Cévennes.
Le collectif Exploités Énervés s’organise pour lutter contre les radiations, les contrôles, les expulsions, l’exploitation, les incessantes difficultés que les administrations, les patrons, les propriétaires nous causent.

Pour ce collectif, il n’y a pas d’opposition entre les personnes ayant un emploi ou pas. Quelle que soit notre situation, l’État cherche à nous maintenir dans l’isolement et le cas par cas. Face aux institutions, aux employeurs ou aux bailleurs, il s’agit de prendre acte que la misère est la même pour tous, qu’il ne s’agit pas de situations individuelles, ni même de droits et de devoirs, mais bien des rouages de ce système d’exploitation.
Dans le bassin d’Alès comme ailleurs, nous avons besoin de nous rencontrer, d’échanger des infos sur les possibilités de débrouille, de construire un rapport de force collectif…

Le collectif propose tous les premiers et troisièmes samedis du mois des permanences pour que ceux et celles ayant des problèmes avec une administration, un patron, un bailleur… puissent venir pour y trouver des informations et des camarades pour lutter contre le sort qui nous ait fait.

Voir le site : https://exploitesenerves.noblogs.org

Réunion mensuelle

Tous les avant-derniers dimanches du mois, lors de réunions ouvertes à tous, la Rétive concocte son programme ! Bienvenue à toutes les personnes qui souhaitent participer au fonctionnement du local, proposer une activité, une initiative, …

Ciné-club: Party girl

M. Amachoukeli, C. Burger et S. Theis, 2014, 96 min.

(19h auberge espagnole, 20h30 projection)

Angélique, 60 ans, est entraîneuse dans un cabaret à la frontière allemande. Femme de la nuit, elle-même accrochée à sa cigarette et à l’alcool, elle fait boire les clients pour gagner sa vie.
Un jour, Michel, son habitué, qui est tombé amoureux d’elle, lui propose de l’épouser. Flattée et touchée, Angélique finit par accepter. Pour l’occasion, elle renoue avec ses enfants, qui aimeraient la voir se ranger. Mais malgré leur soutien et celui de ses copines, le doute la saisit à l’approche de la date des noces.
Sur toile de fond de milieu prolo en Moselle, Party Girl aborde avec finesse la complexité des sentiments et des conflits entre envies et besoins, parfois opposés : reconnaissance, amour, besoin viscéral de liberté, qui en devient prison.
Sans complaisance ni jugement, Party Girl offre un autre regard et nous interpelle sur notre capacité à la rencontre.

Cantine sans frontières

en soutien à des familles sans-papiers hébergées aux alentours d’Alès.

Cette initiative est proposée par des personnes afin d’apporter une aide financière à plusieurs familles exilées hébergées aux alentours d’Alès. Elle vise également à développer des liens entre les exilés et leurs différents soutiens afin de renforcer un réseau d’entraide.

La solidarité s’exprime dans un ensemble de pratiques comme les mutuelles, trouver un logement, dépanner une machine à laver, se mobiliser pour empêcher des expulsions, organiser des cantines de soutien, etc. Pour éviter de centraliser et d’institutionnaliser la solidarité, nous encourageons à diffuser et multiplier ces pratiques.

Cette cantine est organisée avec les personnes concernées et l’intégralité de l’argent récolté (le repas est à prix libre) leur sera reversée.

Au menu ce mois-ci:
– Apéro Bissap
– « Alloco » Déshabillé de plantains
– Mafé avec du riz
– Fruits

Atelier d’écriture

De 14h00 à 18h00

A partir d’octobre nous reprendrons un atelier nouvelle formule animé à chaque séance par un membre différent de l’atelier afin de favoriser une prise en main collective des activités.

Et ce sera toujours dans une ambiance bienveillante que nous nous reprendrons à jouer avec les mots, à nous laisser surprendre, à accepter le déraisonnable pour faire jaillir une parole libératrice ouvrant sur d’infinis possibles.