Ciné-club – Riff-Raff

Ken loach, 1991, 100 min.
(19h auberge espagnole, 20h30 proj.)

Dans l’Angleterre de Tatcher, Stevie, jeune Écossais tout juste sorti de prison, est engagé au noir sur un chantier de construction londonien. Le salaire est honteusement bas et les conditions de travail inacceptables. Résistant à leur façon, par l’ironie, la fauche et les petites combines, aux brimades et à la hargne de contremaîtres teigneux, les ouvriers refusent pourtant de se solidariser politiquement dans un cadre syndical, malgré les exhortations de Larry, un collègue plus âgé. Grâce à ses collègues, Stevie s’installe dans un squat, y apprend la solidarité et rencontre Susan qui rêve de devenir chanteuse.

Cantine sans frontières

Repas préparés et organisés par des personnes sans-papiers.
L’intégralité des bénéfices récoltés leur revient.
Les cantines sont à prix libre. Tous les derniers samedis du mois à partir de 12h30.

Permanence du collectif Exploités Énervés

Exploités Énervés – Un collectif sur Alès et les Cévennes.
Le collectif Exploités Énervés s’organise pour lutter contre les radiations, les contrôles, les expulsions, l’exploitation, les incessantes difficultés que les administrations, les patrons, les propriétaires nous causent.

Pour ce collectif, il n’y a pas d’opposition entre les personnes ayant un emploi ou pas. Quelle que soit notre situation, l’État cherche à nous maintenir dans l’isolement et le cas par cas. Face aux institutions, aux employeurs ou aux bailleurs, il s’agit de prendre acte que la misère est la même pour tous, qu’il ne s’agit pas de situations individuelles, ni même de droits et de devoirs, mais bien des rouages de ce système d’exploitation. Dans le bassin d’Alès comme ailleurs, nous avons besoin de nous rencontrer, d’échanger des infos sur les possibilités de débrouille, de construire un rapport de force collectif…

Le collectif propose tous les premiers et troisièmes samedis du mois des permanences pour que ceux et celles ayant des problèmes avec une administration, un patron, un bailleur… puissent venir pour y trouver des informations et des camarades pour lutter contre le sort qui nous ait fait.

Voir le site : https://exploitesenerves.noblogs.org

Atelier d’écriture

L’atelier d’écriture de juin (initialement prévu le dimanche 3 juin) est déplacé au mardi 5 juin de 18h à 22h. Venez avec vos écris des deux dernières années afin de retravailler ceux de votre choix en vue de les exposer à la Rétive !

A partir d’octobre nous reprendrons un atelier nouvelle formule animé à chaque séance par un membre différent de l’atelier afin de favoriser une prise en main collective des activités.

Et ce sera toujours dans une ambiance bienveillante que nous nous reprendrons à jouer avec les mots, à nous laisser surprendre, à accepter le déraisonnable pour faire jaillir une parole libératrice ouvrant sur d’infinis possibles.

Collectif Exploités-énervés – réunion

Chômeurs, travailleurs, précaires, RSAstes et autres allocataires s’y organisent pour lutter contre les radiations, les contrôles, les expulsions, l’exploitation. Réunions ouvertes à toutes et à tous le 2 e vendredi du mois à 19h. Permanences tous les 1 er et 3 e samedis du mois de 16h à 18h.

Cantine de la Rétive – Anchoïade

Un dimanche par mois nos cordons rouge et noir vous invitent à partager un repas à
prix libre. La cantine est destinée à soutenir les finances de la Rétive. N’ ayant ni mécène, ni subvention, tant qu’ il y aura de l’ argent… il en faudra pour la Rétive !
(Pas d’alcool prévu. Chacun ramène sa boisson à partager)

Projection-discussion – Histoire et actualité du mythe du mineur

Mort à 100 %

Jean Lefaux et Agnès Guérin, docu, 1980, 55 min.

Mort à 100 % – Post-scriptum

Modeste Richard et TomJo, 2017, 45 min

En présence de Modeste Richard et TomJo (réalisateurs)

Regards sur le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, les deux films proposés, « Mort à 100 % » de Jean et Agnès Guérin (55min, 1980) et « Morts à 100 %, post-scriptum » de Modeste Richard et Tomjo (45 min, 2017), donnent la parole aux mineurs.

Le premier documentaire tire le bilan d’une vie de travail et d’exploitation, pour ceux qui, dans le bassin et ailleurs, ont cru au mythe du mineur héroïque dans le travail et dans la lutte. Ce mythe, auquel ont largement contribué les partis politiques et les syndicats, s’est effondré sans heurts dans la mort du bassin du Nord-Pas-de-Calais. Les mineurs se demandent comment ils ont pu contribuer à leur propre exploitation et à leur propre mort par silicose. Étaient-ils ces héros de la « grandeur industrielle française », ou les otages d’une fierté qui les poussa au sacrifice ?

Le second montre comment, en 2012, l’Unesco élève le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais au rang de « patrimoine mondial », saluant « l’œuvre conjuguée de l’homme et de la nature ». La mémoire conjuguée des 40 000 morts de la silicose s’en trouve recouverte de représentations aseptisées confinant à la nostalgie. La mythologie minière connaît alors une seconde vie : elle ne sert plus l’exploitation du travail des mineurs, mais leur image, mise au profit du renouveau du bassin houiller.

À l’heure d’une énième réforme du Code minier, nous pourrons évoquer la réactivation et les nouveaux usages de ce mythe du mineur héroïque, désormais mis au service de la troisième révolution industrielle et de « l’attractivité économico-touristique » du bassin minier…

Réunion mensuelle de la Rétive

Tous les avant-derniers dimanches du mois, la Rétive s’organise et concocte son programme ! Bienvenue à toutes les personnes qui souhaitent participer au fonctionnement du local, proposer une activité, une initiative, …

Fête des cours de français

14h – Ouverture des portes
19h – Repas a prix libre

Des cours d’alphabétisation et de français pour adultes ont lieu chaque semaine à La Rétive. À l’issue de cette 3ème année, apprenantes, apprenants, animatrices et animateurs vous invitent à partager un après-midi animé (karaoké, chansons, impro théâtre, initiation a l’anglais, jeux pour enfants,…) puis un repas à prix libre.

L’argent récolté permettra l’achat de manuels, fournitures et le paiement des photocopies nécessaires aux cours de l’année 2018‐2019.

Ciné-club – Le fils de Saul

László Nemes, 2015, 107 min
(19h auberge espagnole, 20h30 projection du film.)

Le fils de Saul, film du Hongrois László Nemes, nous entraine sans voyeurisme et sans pathos dans le quotidien de Saul Ausländer, prisonnier juif hongrois.

Nous sommes en octobre 1944 à Auschwitz ‑Birkenau et Saul fait parti de ses prisonniers isolés du reste du camp et contraints d’assister les nazis dans leur plan d’extermination et de dissimulation, les Sonderkommando.
Alors qu’il travaille dans un des crématoriums du camp, il découvre parmi les corps, un enfant agonisant qu’il pense être son fils et quand celui-ci finit par expirer, Saul n’a plus qu’une idée en tête, trouver un rabbin pour enterrer son enfant dans la tradition.
Encerclé par les kapos et alors qu’éclate la seule révolte armée dans l’histoire du camp d’Auschwitz (qui a réellement eu lieu en 1944, alors que les troupes russes se rapprochaient de l’horreur), Saul est prêt à toute les folies pour arriver à son but.

László Nemes évite de mettre en scène frontalement l’horreur en filmant avant tout le visage de son personnage en gros plan tandis que l’enfer se déchaîne hors champ et que la révolte des Sonderkommando tente de s’organiser.

Cantine sans frontières

Repas préparés et organisés par des personnes sans-papiers.
L’intégralité des bénéfices récoltés leur revient.
Les cantines sont à prix libre. Tous les derniers samedis du mois à partir de 12h30.

Ciné-Club – Le voleur de bicyclette

Vittorio DE SICA, 1948, 85 min.

Dans les faubourgs de Rome, Antonio Ricci, un ouvrier au chômage, se voit proposer un emploi de colleur d’affiches, pour lequel il doit absolument posséder un vélo. Mais on le lui vole durant son premier jour de travail. Désespéré, il parcourt la ville avec son fils à la recherche  du voleur.

Une œuvre bouleversante, qui décrit avec lucidité le monde des déshérités au lendemain de la guerre.

Collectif Exploités-énervés – réunion

Gouvernement après gouvernement, réforme après réforme, nos conditions de vie sont de plus en plus dures. Difficile de payer ses factures à la fin du mois. Difficile de s’opposer aux patrons qui nous exploitent, à l’augmentation de la productivité pendant que les salaires stagnent ou baissent. Difficile de se défendre quand la CAF nous traque, quand Pôle emploi nous coupe les vivres…

la liste des galères auxquelles on se heurte est longue et ne cesse de s’allonger.
Alors, à quelques RSAstes, travailleurs, chômeurs… on a décidé de ne plus subir tout ça en silence. On s’est organisés pour se défendre – et même, dès que c’est possible, pour reprendre l’offensive face au système capitaliste – et on a formé un collectif : Exploités-énervés. C’était il y a huit ans. Aujourd’hui, non seulement ce collectif existe encore, mais il n’a rien perdu de sa nécessité.

Nous pouvons nous regrouper et nous organiser, que ce soit pour débloquer une situation individuelle (menace d’expulsion, RSA coupé, patron qui refuse de payer des heures…) ou pour mener des luttes de plus grande ampleur par la diffusion d’ informations autonomes, par la grève, les manifestations, les occupations, le sabotage, ou pour prendre part un à mouvement social, comme la loi Travail en 2016.

Nous montrer solidaires et unis entre exploités, remettre en question l’ensemble de la société de classes, participer aux luttes sociales, tout cela est un premier pas primordial pour aller vers une autre société, débarrassée de l’exploitation, de l’État et de toute oppression.

Cantine de la Rétive – Menu estival

Un dimanche par mois nos cordons rouge et noir vous invitent à partager un repas à prix libre. La cantine est destinée à soutenir les finances de la Rétive. N’ ayant ni mécène, ni subvention, tant qu’ il y aura de l’ argent… il en faudra pour la Rétive !

  • Menu estival surprise

(Pas d’alcool prévu. Chacun ramène sa boisson à partager)

Musique-débat “Blues et féminisme noir”

Angela Davis, Libertalia, 2017, 416 p.

Présentation musicale suivie d’un débat

Dans Blues et féminisme noir, Angela Davis nous dévoile une tradition inconnue de la conscience féministe des femmes noires américaines des années 1920. En effet, par leurs spectacles et leur disques, les chanteuses de blues vont infuser dans la population noire de l’époque des idées libératrices et émancipatrices grâce à  leur grande popularité. Sexualité, domesticité, sororité, voyage, politique sont des thèmes abordés par ces chanteuses populaires bien avant les mouvements féministes des années 1960 !

 

Lectures choisis, traduction de chansons et interprétation musicale par Karim.

Compilation écoutable sur : http://editionslibertalia.com

Cantine sans frontières

Repas préparés et organisés par des personnes sans-papiers.
L’intégralité des bénéfices récoltés leur revient.
Les cantines sont à prix libre. Tous les derniers samedis du mois à partir de 12h30.

Réunion de rentrée de La Rétive

Tous les avant-derniers dimanches du mois, la Rétive s’organise et concocte son programme ! Bienvenue à toutes les personnes qui souhaitent participer au fonctionnement du local, proposer une activité, une initiative, …